Le mythe de Psyché

       
       Psyché, Eros et Aphrodite

             L’inconscient, le désir et la beauté

Pan, Zéphyr, Habitude, Inquiétude, Tristesse, Cérès, Héra…et Zeus

Dans  «  l’interprétation des rêves »  Freud nous dit : L’inconscient est le psychisme lui-même  et son essentielle réalité » (p.520). Psyché est l’inconscient.
Dans « Psychologie de la vie quotidienne » il nous dit : « … la conception mythologique du monde qui anime jusqu’aux religions les plus modernes, n’est autre qu’une psychologie projetée dans le monde extérieur » (p.296).  
Dans « Trois essais sur la théorie de la sexualité » il  montre que  «  Le concept de beauté a ses racines dans l’excitation sexuelle » (p.67).   Dans « Au-delà du principe de plaisir » il soutient que « la libido de nos pulsions sexuelles coïncident  avec l’Eros des poètes » et «  toute l’énergie de l’Eros que nous appelons libido
…sert à neutraliser les tendances destructrices » (« Abrégé de psychanalyse » (p. 9).
Ces quelques citations nous permettent d’aborder le mythe de psyché d’une manière nouvelle qui n’est pas sans importance puisque la psychanalyse, comme son nom l’indique, est l’analyse de Psyché.      

L’histoire de Psyché est liée à deux autres personnifications des pulsions de vie : Aphrodite (la Beauté) et  Eros (la libido). Aphrodite c’est le mot. Psyché, le sens et Eros ce qui les unit.

La mythologie nous rapporte que dans des temps très anciens les dieux et les hommes vivaient ensemble. Puis quand les hommes devinrent trop conscients d’eux-mêmes, notamment avec Cadmos le grand père d’Œdipe, qui institua la civilisation, les dieux renoncèrent  à fréquenter les hommes.

Alors, pourquoi Zeus (la vie), le souverain suprême des les dieux et des hommes, fit-il  entrer Psyché dans l’Olympe ?   
C’est que depuis Homère, Héraclite et Hésiode, toute la mythologie, appartient au discours inconscient que l’on désigne par le nom de Psyché.

Hors du  discours inconscient la mythologie  resterait incompréhensible. C’est Freud qui, après un long refoulement qui a duré quelque deux mille cinq cents ans, a permis de rétablir cette vérité homérique :
«  Psyché est la force vitale » et la force vitale est inconsciente.

Cependant, l’affaire est plus embrouillée qu’elle n’y paraît au premier abord.

Psyché
 
Que veut dire le mot « Psyché » ?

Dans la mythologie c’est un nom propre. Dans le langage courant c’est un papillon, un miroir, c’est l’âme, c’est l’esprit. Psychique nous disent les dictionnaires c’est ce qui se rapporte à l’esprit et non pas à l’inconscient.

 Le mot psychopathologie a été construit sur psittacisme, dérivé de psittacus, perroquet, pour désigner à l’origine un trouble du langage.

Bien qu’ il y ait en grec beaucoup de nom pour désigner le souffle vital comme anémos, le vent, d’où vient notre mot « âme » ;   dianoia, l’énergie ; thumos, l’âme-sang, l’humeur, la colère, l’intelligence ; pneuma, le souffle; éther, l’air ;  eidolon, l’ombre ;  phrenes, le diaphragme, siège de la pensée ; aisthèsis, la sensibilité ; ainsi que beaucoup  d’autres termes encore ; les latins ont tout condensé sous le terme de psyché puis ils ont assimilé psyché à l’esprit considérant que l’esprit était la «  force vitale » essentielle.  

Donc, en bref,  la tradition philosophique et la tradition théologique affirment toujours l’équation âme = esprit. C’est notre culture. On ne peut y revenir.

Cependant lorsque  nous traduisons Psyché par âme nous nous trouvons devant la difficulté suivante : s’agit-il de l’âme en tant que corps,  en tant qu’esprit ou s’agit-il de l’inconscient ?   

Pour vaincre cette difficulté je propose, à la lumière du nœud borroméen,  de conserver le mot âme pour les philosophes et les théologiens, pour tout ce qui relève de la conscience réfléchie dans son approche matérielle ou sprituelle et de garder le mot Psyché pour désigner l’inconscient.
Psyché ou l’inconscient est un discours. Qu’est-ce qu’un discours ?  Le mot discours vient de discurere, courir en tous sens, courir ça et là. Discours est un autre nom du devenir.  Psyché est un discours qui échappe totalement à la conscience réfléchie bien qu’aucune conscience ne lui échappe, ni celle du corps ni celle de l’esprit.

Héraclite disait : « Psyché est un discours », un discours qui s’accroît de lui-même (frag.10), c’est-à-dire qui se nourrit de lui-même indépendamment du corps et de l’esprit. 

Ce n’est qu’à partir de Freud et de Lacan qu’on peut entendre les propositions d’Héraclite sans faire de contresens, c’est-à-dire croire erronément qu’Héraclite  nous parle de l’esprit.
Faute de quoi on serait obligé comme le philosophe Marcel Conche, célèbre traducteur d’Héraclite, de dire : «  Il est vrai que tout est un » et « il est faux de dire que tout est un » s’excluent. Il faut choisir l’un ou l’autre. Ce que  Marcel Conche soutient, en bon philosophe, c’est  que le contradictoire est impossible.  Or ce n’est vrai que pour le conscient mais ce n’est pas recevable  pour l’inconscient. Dans l’inconscient le contradictoire est possible, comme nous le montre les rêves et comme nous le montre le langage. Nous pouvons dire par exemple, même si c’est monstrueux pour le conscient, que blanc et non blanc sont le même. Je peux prononcer la phrase « la même chose peut à la fois être et n’être pas »  ou « le vrai n’est qu’un moment du faux » etc… L’inconscient c’est ce qui est impossible pour le conscient. «  Le discours dont je parle, comme le soutient Héraclite, échappe à la saisie intelligible des hommes », c’est-à-dire échappe au discours conscient.  

Ces quelques remarques nous permettent d’aborder le mythe de Psyché autrement que l’ont interprété jusqu’à aujourd’hui la tradition platonicienne, philosophique et théologique, c’est-à-dire, cette fois, dans la perspective psychanalytique. Il s’agit d’une profonde modification de nos représentations.
Psyché  est dite mortelle tant qu’elle ne connaît pas son désir. Ce n’est qu’après un processus remplis d’épreuves, qu’elle deviendra l’immortelle épouse d’Eros.  Son histoire est  une paraphrase du travail psychanalytique.

 Deuxième personnage du mythe : Aphrodite

Aphrodite est la fille du ciel, Ouranos.
Ouranos est le fils de la Terre Gaïa.  Ouranos et Gaia forment le premier couple de la mythologie et c’est un couple incestueux.
Incestueux signifie  non-castus, non pur, sale.  Ouranos sera castré par Cronos, c’est-à-dire rendu limpide et propre. La castration  dans l’inconscient, c’est la capacité de séparer et d’unifier, c’est ce par quoi on devient créatif, sans tache et sans souillure, déculpabilisé et serein. C’est la puissance de la parole qui engendre la satisfaction et la richesse.

Voici comment naquît Aphrodite.
Lorsque Cronos, le plus jeune des Titans, sous l’instigation de sa mère la terre, Gaia, trancha le sexe du Ciel, Ouranos, qui était à la fois son père et son frère, le membre énorme d’Ouranos tomba dans la mer. Aussitôt une écume spermatique recouvrit la cime de toutes les vagues. Et, de cette mousse, semblable à celle du champagne, naquit Aphrodite, déesse de la Beauté. Aphros signifie écume. L’écume c’est de la mousse et la mousse est une forme figurée de la richesse. Comme dans le proverbe, «  ne jamais cueillir mousse », ne jamais devenir riche, ou encore « pierre qui roule n’amasse pas mousse ». La beauté s’apparente à la richesse. Il y a l’écume ou la richesse des jours, l’écume du temps, l’écume des choses. L’écume du chaos, l’écume ou la richesse  du vide. Chacun de nous  n’est jamais que de l’écume puisque nous ne faisons jamais qu’apparaître. L’univers tout entier n’est jamais que quelque chose qui ne fait qu’apparaître.

Mais qu’est-ce donc que la Beauté , cette « finalité sans fin » comme dit Kant. Qui est donc Aphrodite ? La Beauté est une mais elle se manifeste diversement. Il y a la beauté du printemps, il y a celle de l’été, de l’autonome, celle de l’hiver et celle de tout instant qu’on voudrait éternel, comme « un éclair qui durerait ».  Qu’est-ce que la beauté ? Qu’est-ce qu’ôte la Beauté ?
La Beauté dit Lacan est «  la limite du tragique, le point (le nœud) où la chose insaisissable nous verse son euthanasie… c’est l’agonie qu’exige de nous la Chose pour qu’on la rejoigne. (« L’identification », première leçon.)
Toute la pensée grecque est dominée par ce calme délire qu’est la Beauté. La Beauté sauvera le monde, affirment certains parce qu’elle est relationnelle. Elle suscite le désir d’éternité. Aphrodite est l’image fascinante qui nous coupe le souffle.

Nous pouvons encore interpréter Aphrodite comme une illustration du « stade du miroir», « l’insight configurant » comme dit Lacan (« Ecrits p.94). L’instant de ce moment jubilatoire où l’enfant saisit l’intégralité de son corps, vécu jusque-là comme morcelé, dans une perception vaporeuse pareille à de la mousse.  Mais nous remarquerons que loin de supposer une quelconque harmonie, la jubilation devant sa propre image révèle au sujet la place d’un manque.

C’est ce manque  qui rendra  Aphrodite jalouse de Psyché.

 

 Troisième personnage du mythe : Eros

Eros c’est la libido. La libido, selon la psychanalyse, définit la relation du sujet à autrui dans l’univers du discours inconscient. Pour Freud Eros désigne la pulsion de vie. Eros  est «  le plus beau de dieux immortels », nous dit Hésiode. Il sort du Chaos en même temps que la Terre et la Nuit avec lesquelles il forme la première triplicité, le nœud premier, le premier nœud.  Eros connote la dimension sexuelle c’est-à-dire celle du plaisir tout en ne réduisant pas la sexualité à la génitalité, puisque dans l’inconscient il n’y a pas de différence sexuelle. Cependant  le concept d’Eros en psychanalyse peut aller de la plus monstrueuse perversité à la sublimation la plus exquise.

Donc voici les personnages principaux de notre histoire : Psyché, le discours inconscient, Aphrodite, la beauté,  et Eros, la libido. Ces trois personnages sont les personnifications de pulsions  qui nous concernent tous. Elles forment un nœud dans notre inconscient, un triangle structurel. Rappelons qu’un triangle est le graphe du nœud premier passant par  ses trois croisements, personnifiés ici par Psyché, Aphrodite et Eros.

L’histoire de Psyché a été racontée le plus complètement par Apulée dans son célèbre livre
«  L’âne d’or » en 161 de notre ère. L’œuvre d’Apulée est considérable, elle traite de philosophie, de rhétorique, de magie, d’histoire, de cosmologie, mais son chef-d’œuvre est sans conteste le roman « L’âne d’or » dont le plus long  récit est l’histoire de Psyché.
C’est une vieille servante qui dans une caverne de brigands raconte à une jeune fille que ces mêmes brigands ont enlevée, les tribulations du discours inconscient, figurées par Psyché.
Apulée qui maîtrisait le grec et le latin est né en Numidie. La Numidie  s’appelle aujourd’hui l’Algérie.
Pierre Grimal, l’auteur du célèbre dictionnaire de la mythologie,  nous dit qu’Apulée «  se fit initier à tous les cultes, plus ou moins secrets, qui abondaient alors dans l’orient méditerranéens. Apulée espérait y trouver  « le secret des choses ».   « L’âne d’or » n’est pas, dit-on, un roman picaresque mais bien un roman initiatique, écrit à la première personne. Le héros qui s’est plongé dans l’étude de la magie se voit métamorphosé  en âne. Ce qui nous permet de préciser que les métamorphoses dans la mythologie ne correspondent pas à la métempsychose. La métempsychose est un changement irréversible tandis que la métamorphose est un processus réversible. Le héros dans le roman d’Apulée est transformé en âne,  puis il redevient homme, comme dans le procesus de la paranoïa critique.  Les métamorphoses sont donc nécessaires à la recherche de la vérité car toute chose n’est jamais perçue que sous un regard différent dont il est  nécessaire pour notre richesse d’en éprouver l’expérience.

 

« Il était une fois, nous rapporte Apulée sous la voix de la vieille servante des brigands, un roi et une reine qui avaient trois filles ».

De ces trois filles nous ne connaissons que le nom de Psyché.  En utilisant le nœud borroméen et la deuxième topique de Freud nous pouvons identifier les deux sœurs  comme des représentantes du moi et du surmoi.

«  Les trois filles étaient fort belles, poursuit Apulée Mais pour la beauté des deux aînées, quelques charmantes qu’elles fussent, on n’était pas en peine de trouver des formules de louanges ; tandis que  pour la cadette, Psyché, il y avait dans le langage humain disette de termes pour l’exprimer, ou même pour la louer dignement. »

Cependant,  tout le monde venait voir Psyché. On délaissait les temples d’Aphrodite pour aller écouter celle qui modifier les images. Bientôt les temples d’Aphrodite de Paphos, de Cnide et de Cythère se trouvèrent désertés.

Vexée, Aphrodite devenait furieuse. Que se passait-il exactement ?

C’est qu’Aphrodite est comme les images que nous voyons en rêve et Psyché est comme le langage qui permet de les décrypter et d’en modifier la représentation.

Par exemple le rêve (Aphrodite) nous montre un grand chat et un pot de lait. Qu’est-ce que cela signifie ? Le rêve est un rébus nous dit Freud. Psyché (le langage inconscient) nous nous dira donc : Chat et pot ça fait chapeau. Ce chapeau est grand, ce grand chapeau est laid… Et comme le chapeau symbolise notre activité sociale, peut-être que le rêveur exprime ce que son conscient refoule, à savoir qu’il n’aime pas son travail. Plus rien à voir avec un chat et un pot de lait.
Quand les images aphrodisiaques d’un rêve nous montrent un immense jet et un petit tas, Psyché traduit : un jet c’est la lettre G. un petit tas c’est un petit a, cela donne G grand a petit ce qui veut dire « j’ai grand appétit », grand appétit pour quoi ?  d’ aliments, de sexe ou de connaissances ?
Voilà qui était fort indécent, indé-sens pour la déesse de la Beauté.  On comprend qu’elle soit en plein désarroi. Psyché jouant sur l’homophonie faisait passer l’image des choses  à la vivacité des mots pour ouvrir sur d’autres représentations. Les hiéroglyphes égyptiens utilisaient d’ailleurs ce même procéder. Les hiéroglyphes ne signifiaient pas ce qu’ils représentaient, si beaux et  colorés soient-ils, mais tout autre chose relevant  seulement d’un pur phonétisme.

Voilà donc  justifiée la colère d’Aphrodite contre Psyché.  Sous l’apparence merveilleuse des choses se révèle un  discours inconscient qui nous renvoie toujours au-delà.

Si Aphrodite est la beauté Psyché c’est le charme, le piquant, la vivacité, le magnétisme, le sortilège, la gaieté. Si, on admire la beauté, en général on préfère le charme, mot qui vient du latin carmen qui signifie
« chant magique ».
On rencontre des femmes qui sont plus Aphrodite que Psyché ou inversement. Il y a des moments où les femmes sont tantôt Psyché, tantôt Aphrodite.

Voilà une différence  que  la psychologie pourrait utiliser : deux catégories de femmes : Aphrodite et Psyché. Cette distinction s’applique également aux hommes. Donc deux complexes possibles : le complexe d’Aphrodite et le complexe de Psyché.

Mais revenons à notre histoire Aphrodite hait le charme créateur de Psyché. Que va-t-elle faire ?
Elle appelle son fils Eros. Eros est ici le fils d’Aphrodite.  Comment Eros, le désir, ne serait-il pas le fils de la Beauté ? Ce que l’on désire nous semble beau. Car ce n’est pas le Beau que l’on désire, nous dit Spinoza, c’est parce que nous désirons que nous trouvons que c’est beau.

«  Mon fils, lui fait dire Apulée, je t’en conjure, au nom de ma tendresse, par les douces blessures que tu fais, par cette flamme pénétrante dont tu consumes les cœurs, venge ta mère ».

Eros va obéir à sa mère, la Beauté. Ils convinrent qu’ils obligeraient Psyché à épouser un monstre.

Qu’est-ce qu’un monstre ? C’est l’alliance de deux ou plusieurs espèces différentes comme par exemple la Chimère qui a une tête de chèvre, un corps de lion, une queue de serpent et des ailes vautour. Un monstre est un être innommable parce que contradictoire. Si la parole inconsciente est soumise par contrat à ne plus proférer que des paroles  monstrueuses, c’est-à-dire contradictoires, donc impossibles à identifier, tout le monde s’éloignera d’elle. Les inepties de Psyché seront monstrueuses. En causant Psyché sera Psy cause.

Mais là, intervient un coup de théâtre. Apercevant Psyché Eros en tombe immédiatement amoureux.
Mais comment pourra-t-il satisfaire son  désir en même temps que celui de sa mère ?
Voici le compromis qu’il invente :
«  Moi, le plus beau des dieux immortels, je me ferai aussi invisible que le zéro, le rien, le vide ou le néant et je dirai que je suis le monstre néantifère que Psyché doit épouser sous peine que le royaume de son père soit détruit.
L’oracle se fit entendre. Le roi et la reine durent ce soumettre au cérémonial lugubre qui leur était imposé par la volonté de la déesse Aphrodite. Psyché devait en tenue de mariée se rendre sur un rocher escarpé où un vent magique devait l’emmener chez son époux. Etaient-ce des noces nuptiales ? Cela ressemblait bien plutôt à des obsèques : Mort du discours inconscient au profit des apparences. Un long cortège accompagna Psyché au sommet du rocher indiqué. Puis la foule se retira
«  abandonnant les torches nuptiales, nous dit Apulée, dont elle éteignit les flammes dans le flot de ses larmes ». Ainsi se termina la cérémonie.
« Chacun, la tête baissée, regagna tristement sa demeure. Quant aux infortunés parents ils s’enfermèrent au fond de leur palais ».

Alors que ses larmes continuaient à couler Psyché soudainement se sentit caressée par le souffle amoureux de Zéphir.  Zéphir est la brise tiède du printemps qui amène la fonte des neiges. Les Grecs de l’antiquité le représentaient sous la figure d’un jeune homme aux ailes diaprées, le front orné de violettes et de primevères, glissant à demi nu à travers les airs et tenant à la main une corbeilles de fleurs printanières.
D’abord Zéphyr  fit onduler doucement les plis de la robe nuptiale, puis souleva Psyché dans les airs et l’emmena avec lui.
Elle fut déposée avec précaution sur une pelouse épaisse et tendre. « Un calme délicieux succéda au trouble de ses esprits, nous rapporte Apulée, et bientôt Psyché s’abandonna aux charmes du sommeil »… Voici comment Apulée décrit la dimension de l’inconscient : 
« Au réveil la sérénité lui était revenue. Elle voit alors un bois planté de grands arbres, d’un épais couvert ; elle voit une fontaine dont l’onde cristalline jaillit au centre même du bocage. Non loin de ses bords s’élève un édifice de royale apparence ; construction où se révèle la main, non d’un mortel, mais d’un divin architecte. On y reconnaît dès le péristyle le séjour de plaisance de quelque divinité. Des colonnes d’or supportent une voûte lambrissée d’ivoire et de bois de citronnier, sculptée avec une délicatesse infinie. Les murailles se dérobent sous une multitude de bas-reliefs en argent, représentant des animaux de toute espèce, qui semblent se mouvoir et venir au-devant de vos pas. Quel artiste, quel demi-dieu, quel dieu plutôt, a pu jeter tant de vie sur ce métal inerte ?  Le sol est une mosaïque de pierres précieuses, chargées des tableaux les plus variés. O sort à jamais digne d’envie ! Marcher sur les perles et les diamants ! A droite et à gauche, de longues suites d’appartements étalent une richesse qui défie toute estimation. Les murs revêtus d’or massif, étincellent de mille feux. Au refus du soleil, l’édifice pourrait sécréter un jour à lui, tant il jaillit d’éclairs des portiques, des chambres et des parois même des portes. L’ameublement répond à cette magnificence : tout est céleste dans ce palais.  Psyché s’approche, attirée par le charme de ces lieux magnifiques, et bientôt elle s’enhardit à franchir le seuil. De plus en plus ravie de ce qu’elle voit, elle promène son admiration de détail en détail, passe aux étages supérieurs, et y reste en extase à la vue d’immenses galeries où s’entassent trésors sur trésors. Ce qu’on ne trouve pas là n’existe nulle part sur terre. Mais ce qu’il y a de plus merveilleux, c’est qu’à cette collection des richesses du monde entier on ne voit fermeture, défense, ni gardien quelconque. Tandis que Psyché ne peut se rassasier de cette contemplation, une voix invisible vient frapper son oreille : Pourquoi cet étonnement, belle princesse ? Tout ce que vous voyez là est à vous. Voilà des lits qui vous invitent au repos, des bains à choisir. Les voix que vous entendez sont vos esclaves : disposez de nos services empressés. Psyché docile aux avis du conseiller invisible entre dans un bain dont l’influence eut bientôt dissipé toute fatigue. Une table en hémicycle se dresse auprès d’elle. C’est son dîner sans doute qu’on va servir ; sans façon elle y prend place.  Les vins les plus délicieux, les plats les plus variés et les plus succulents se succèdent en abondance. Nul serviteur ne paraît. Tout se meut comme par un souffle. Psyché ne voit personne ; elle entend seulement des voix. C’est un jeu infini de phonèmes qui la servent. Après ce repas délectable, un invisible musicien se met à chanter ;  un autre joue de la lyre ; on ne voit ni l’instrument ni l’artiste. Un concert de voix se fait entendre ; C’est l’exécution d’un chœur sans choristes.
Enfin, au milieu de tant de plaisirs, le soir vient ; et Psyché, que l’heure invite au repos, se retire dans son appartement… »

La seule contrainte à la quelle Psyché doit se soumettre c’est qu’elle ne doit pas voir son époux. Eros vient donc dans l’obscurité pour faire de Psyché son épouse. Puis il repart avant que le jour se lève.

Les temps  ainsi se succèdent dans la félicité la plus complète. Mais un jour Psyché demande à revoir ses sœurs. Cela aussi lui est accordé.  Quoique, Eros, dont Psyché n’entend  jamais que la voix, l’avertit du danger :
« Deux monstres féminins ont mis en commun pour te perdre leur infernal génie (Il s’agit évidemment du moi et du surmoi personnifiés par les deux sœurs de Psyché). Leur plan est de t’amener à surprendre le secret de ma figure. Or, je te l’ai dit souvent, tu ne la verras que pour ne plus la voir ! ».  « Ce visage si tu le vois tu ne le verras plus », tel est notre contrat.

Les deux sœurs vinrent à trois reprises rendre visite à Psyché et, à chaque fois, jalouses de son bonheur, elles
l’incitèrent à se débarrasser de son époux qui ne pouvait être qu’un horrible monstre. «  C’est un horrible serpent, disaient-elles, dont le corps se recourbe en innombrables replis, dont le cou est gonflé d’un sang venimeux, dont la gueule s’ouvre comme un gouffre immense, voilà l’époux qui chaque nuit vient furtivement partager ta couche. Rappelle-toi l’oracle de la Pythie, ce fatal arrêt qui te livre aux embrassements d’un monstre » Qu’est-ce qu’attend ce monstre pour te dévorer ? Il attend que tu sois enceinte afin que tu lui offres une chère encore plus copieuse. Or justement Psyché était enceinte. Les soeurs ajoutèrent : «  Trouves tu plus de charmes dans cette solitude peuplées de voix, dans ces amours clandestins, dans ces caresses nauséabondes, dans cet accouplement avec un reptile ?  Tu dois le tuer ! Dès que tu l’aurais fait, nous t’amènerons avec nous, sans oublier toutes ces richesses, et nous te trouverons un époux qui soit véritablement humain.

Après bien des hésitations, Psyché, se décida à suivre le conseil de ses sœurs.

 

Elle prépara un couteau et une lampe qu’elle cacha derrière un rideau.  Puis, alors qu’Eros était endormi auprès d’elle, elle se leva, saisit  la lampe, tira le drap qui recouvrait le corps de son époux et s’apprêta à le frapper de son couteau. Mais, alors qu’elle s’attendait à un  monstre elle vit «  le plus beau des dieux immortels », Eros en personne. Immédiatement ses sentiments s’inversèrent en leur contraire.  Soudain éprise de celui par qui on s’éprend, elle se pencha sur lui la bouche ouverte pour le couvrir de baisers. Hélas, tandis qu’ivre de bonheur elle s’oubliait dans ses élans, l’huile bouillante de la lampe tomba sur l’épaule droite du dieu.
« Faut-il que le dieu qui met partout le feu connaisse aussi la brûlure ? »  interroge Apulée.
En tout cas Eros se réveille en sursaut, certaines versions de l’histoire, disent aussi qu’il se blessa aux flèches de son arc, pour souligner que l’archer de l’amour peut se blesser à ses propres flèches.
« Psyché, dit Eros, pour vous j’ai enfreint les ordres de ma mère. Au lieu de vous avilir comme elle  le voulait, j’ai fait de vous mon épouse.  Ne pas me voir était le  compromis permettant de tous nous satisfaire, mais vous venez de le briser ». En effet, Aphrodite apparut et chassa brutalement Psyché. Puis molestant son fils elle lui dit :
«  Est-ce là le cas que vous faites des ordres d’une mère ? Au lieu
de perdre la femme que je déteste  vous me l’imposez comme bru ! Enfant insupportable, sachez que je veux avoir un fils qui vous remplacera et qui vaudra mieux que vous ! Je demanderai à Athéna, la sagesse, qu’elle  vide votre carquois, désarme vos flèches, détende votre arc  et éteigne vos feux ».

A ces mots Eros disparut. Psyché, désespérée chercha un fleuve pour s’y précipiter. Car comme dit Héraclite : 
« Pour Psyché la mort c’est de devenir eau ». Par trois fois Psyché essaya de se noyer mais le dieu Pan, qui passait par là, réussit à chaque fois à l’en dissuader. Pan en grec signifie «  tout », les latins l’appellent Sylvain. En ce temps là le Grand Pan était encore vivant, c’est-à-dire écouté. Il y a deux mots en grec pour dire « tout ». Il y a « cosmos » qui désigne un tout ordonné et « pan » qui désigne le tout sans ordre. Le sans ordre est le centre du monde figuré par le roseau. Le sans ordre plie
mais ne rompt pas comme dit Lafontaine. Et si l’homme est un roseau pensant, comme le veut Pascal, c’est un roseau pensant le désordre. Psyché écouta  le dieu Pan. Elle partit à l’aventure. Son errance l’amena dans une ville où  habitait l’une de  ses sœurs. Curieuse celle-ci lui demanda ce qu’il était arrivé et  pourquoi elle était  devenue une mendiante errante sur les routes. Alors Psyché lui raconta comment elle avait suivi ses conseils. Nonobstant elle changea la fin de l’histoire : Quand Eros se réveilla brûlé par l’huile de la lampe, raconta-t-elle,  il me dit : «  Sors à jamais de mon lit, plus rien de commun entre nous. C’est ta sœur (et il prononça, chère sœur, votre propre nom) que je veux désormais pour épouse ».
A ces mots la sœur ne se sentit plus de joie. Pour tromper son mari elle dit  qu’elle venait d’apprendre la mort de ses parents et qu’elle devait partir en toute hâte.
Elle se rendit sur le fameux rocher de l’histoire, et, dès qu’elle crut sentir le souffle de zéphyr elle sauta dans le vide en s’écriant : «  Eros, reçois enfin une épouse digne de toi ». Mais bien évidemment Zéphyr ne la soutint pas et elle s’écrasa au fond de la falaise.
Poursuivant sa fuite panique ( le mot phobie signifie «  fuite due à la panique ») Psyché arriva dans la ville où habitait sa seconde sœur. Elle lui tint le même discours. La seconde sœur réagit comme la première. Elle aussi s’écria : «  Eros reçois enfin une épouse digne de toi, Zéphyr soutient ta souveraine… »  Mais, point de Zéphyr. Et son arrogance finit déchiquetée comme sa sœur, au fond de la  même falaise.

Psyché demanda ensuite l’aide de Cérès, la déesse des céréales, mais Cérès lui dit qu’il n’y avait aucun régime pour elle susceptible de l’aider.

Psyché demanda alors l’aide d’Héra, l’épouse de Zeus, mais Héra lui dit qu’il n’y avait aucune puissance extérieure qui puisse l’aider.
Où donc chercher du secours quand les déesses même du corps (Cérès) et de l’esprit (Héra) ne nous témoignent plus  qu’une volonté stérile ? Vint  alors à  Psyché l’idée de se rendre à son ennemie. En se remettant elle-même aux mains d’Aphrodite peut-être pourrait-elle  en atténuer le courroux.  

Le masochiste adore se livrer à son ennemi. Le sens de l’existence relèverait-il d’une économie masochiste ?

C’est l’Habitude, une des suivantes d’Aphrodite, qui ouvrit à Psyché les portes du palais de Cythère.
 – « Te voilà donc insolente Psyché, lui dit-elle. Enfin tu te souviens que tu as une maîtresse ! Tu vas recevoir le prix de ta rébellion ! » La saisissant par le cheveux elle entraîna Psyché au pieds de sa maîtresse. En voyant sa victime devant elle et enfin offerte à ses coups, Aphrodite poussa un grand éclat de rire. Puis elle dit : «  Maintenant on va vous traitez comme le mérite une aussi affreuse belle-fille ». Elle battit Psyché et l’enferma dans les cuisines où régnaient deux servantes Inquiétude et Tristesse.
-« Un créature aussi disgraciée, lui lança-elle, doit être une habile personne pour avoir réussi à séduire mon fils. Nous allons essayer ton savoir faire. Tu vois, cet amas de graines confondues, blé, orge, millet, lentilles, fèves etc.. Tu vas les séparer en chaque espèce et en faire autant de tas. Je te donne jusqu’à ce soir pour expédier cette tâche.»

L’inconscient travaille comme les fourmis.

Trier est une des capacités de la parole inconsciente. Quelque part l’inconscient travaille tout le temps, il est comparable au labeur des fourmis, c’est le travailleur idéal. Apulée nous raconte qu’une myriade de fourmis se fit alors un devoir d’aider Psyché à trier toutes ses graines.

En voyant avec quel soin la tâche avait été accomplie Aphrodite soumis Psyché à une nouvelle épreuve.

L’inconscient est le langage des roseaux.

« Ramène-moi, ordonna Aphrodite des fils de la toison d’or ». Les fils de la toison d’or sont les fils qui transportent l’inspiration des artistes.  Psyché partit en courant, non pas pour accomplir l’ordre de la déesse, mais pour se noyer dans les eaux d’un fleuve.  Mais Pan était là. –« Psyché, dirent le roseaux, qui sont des métamorphoses de Pan, voici comment trouver les fils de la toison d’or. Et Psyché trouva la tâche facile.  

Devant cette nouvelle réussite Aphrodite accueillit Psyché en fronçant les sourcils : « Il te faut maintenant une épreuve plus décisive. Tu vas me chercher un flacon d’eau du Styx. Styx  est une eau magique qui tombe en cascade d’un rocher  élevé pour s’enfoncer dans les profondeurs de la terre. C’est un poison pour les hommes et le bétail, elle brise le fer et les métaux ainsi que toutes les poteries qu’on pourrait y plonger. Seule la déesse Iris (l’arc en ciel) peut aller y puiser quelque quantité grâce à un sabot de cheval et sur l’ordre de Zeus, lorsque les dieux ont à prononcer un serment.

L’inconscient  a la force de l’aigle

Non seulement le rocher d’où sort le Styx s’élève à une hauteur effroyable mais c’est une eau parlante qui avertit tout ceux qui tente de s’en approcher : « Arrière,  Que fais-tu ? Où vas-tu ? Prends garde ! Fuis ! » Et elle montre des têtes de dragons menaçant aux yeux toujours ouverts. Mais le discours inconscient peut aussi s’élever aussi haut que les aigle de Zeus. Apulée nous raconte que c’est un aigle de Zeus qui aida Psyché à remplir son flacon.

Psyché rapporta la précieuse fiole à Aphrodite, mais cela n’apaisa pas la colère de la Beauté : «  Il faut que tu sois une magicienne des plus expertes pour avoir accompli de telles  commissions. Voici donc maintenant ce que tu j’exige de toi : Va aux enfers et demande à Proserpine (l’épouse d’Hadès) qu’elle te donne dans cette petit boîte un peu de son fars de beauté, qui est une crème de rajeunissement.

L’inconscient comme une tour en double spirale et qui parle

Psyché crut recevoir cette fois le coup de grâce. Descendre  dans l’hallucination des enfers c’est aller à la mort. Alors sans hésiter Psyché courut vers une tour élevée avec l’intention de se précipiter du sommet. C’était, pensait-elle, le meilleur et le plus court chemin pour aller  aux enfers. Cependant cette tour était une tour qui parle. La tour  est un trou qui tourne en spirale. La tour  qui parle est une spirale qui s’élève  par un mouvement centrifuge  et qui en même temps descend par son mouvement centripète dans les profondeurs les plus profondes qu’on puisse imaginer.  C’est elle, nous dit Apulée, qui fournit à Psyché tous les renseignements indispensables pour accomplir l’objet de sa mission : comment apaiser Cerbère le chien à trois tête qui garde l’entrée des enfers,  convaincre Charon le passeur, et éviter tous les pièges qui fourmillent dans ces lieux effrayants.

Bien sûr, Psyché réussit à ramener ce qu’Aphrodite lui avait demandé. Mais en sortant des enfers elle était totalement épuisée. «  Pourquoi, se dit-elle, ne pas utiliser pour moi un peu de cette beauté qui fait le charme des déesse ». Elle ouvrit la boîte.  Mais elle n’y trouva rien. Aucun objet quelconque ne s’y trouvait. C’est que le rien est le fard des déesses.  A la fois déçue et épuisé de fatigue Psyché s’endormit  brusquement.

Ces quatre épreuves figurent les capacités de l’inconscient. L’inconscient est  aussi laborieux que les fourmis, aussi puissant que les aigles. Aussi souple que les roseaux, axe du monde, qui plient mais ne rompent pas et parlent par les sons de la flûte  de Pan.  Il est de plus capable de s’élever aussi haut et de  descendre aussi profond que les tours qui parlent en spirale.  Il connaît les secrets permettant  d’entrer et de sortir des enfers.

Pendant ce temps là Eros, qui s’était guéri de ses blessures, cherchait Psyché désespérément. Soudain il l’aperçut dormant aux portes des enfers.

Que serait le désir si le discours inconscient ne pouvait l’exprimer ? Eros, convaincu de cette vérité, prit Psyché dans ses bras et, perçant la voûte des cieux, vola jusqu’à la demeure de Zeus pour lui conter son histoire.

Zeus comprit la difficulté dans laquelle Eros se trouvait. Il convoqua en conseil tous les dieux y compris Aphrodite et leur dit :
« Que serait Psyché (le discours inconscient) si elle n’exprimait Eros (le désir) ? Et que serait Eros s’il n’y avait pas Psyché, le discours inconscient, pour le manifester ? Il serait réduit à ne plus être que le fils de Pénia (la misère) et de Poros (la richesse).  Donc, j’ordonne devant vous tous, témoins de l’Olympe, qu’un nœud indestructible unisse à jamais Eros et Psyché.
Te voilà immortelle Psyché, dit Zeus en lui tendant une coupe d’ambroisie. Puis se tournant vers Aphrodite il lui dit : ne craignez ni pour votre rang ni pour votre maison l’injure d’une mésalliance, il s’agit d’un nœud légitime dont vous faîtes  nécessairement partie. Les affres d’Aphrodite qui ne fait qu’apparaître ne seront apaisées que lorsqu’elle sera dite par Psyché et désirée par Eros. Car que serait la beauté si on ne parlait plus d’elle ? Et comment Psyché (le discours inconscient) pourrait-elle parler du Désir sans la Beauté  ou de la Beauté sans le désir ? » Comprenant l’enjeu de l’alliance, Aphrodite  métamorphosa par un sourire son envie en gratitude.

Le conseil de Zeus fut suivi d’une noce splendide dans l’Olympe.
Et quelques temps plus tard  Psyché donna le jour à une fille qu’on appela Edoné, ce qui veut dire Volupté.

Guy Massat, conférence du 30 novembre 2006

                         ----

retour liste des séminaires